J’ai tres envie de toi

La journée à été longue… Mon lit m’appelle depuis ce matin ! J’aurais aimé faire la grasse matinée pendant des heures, mais je devais aller travailler ! Il y avait du soleil plein le ciel, mais le fond d’air est encore froid en ces dernières jours d’hiver. Le printemps approche, la neige a presque toute fondu. Je rêve de l’été, du soleil et d’enlever mes collants sous ma jupe.;)

J’ai vu un homme aujourd’hui, qui aurait pu être lui, ça m’a troublé… Donc il a trotté dans le fond de mon esprit toute la fin d’après-midi ! Il a vu la photo que je lui ai envoyé ce matin ??? Elle l’a inspiré ? J’aime lui envoyer des photos sexy, avec mes fesses, imaginer qu’il la regarde discrètement dans la foule et que son regarde se chamboule !!! Ahahahahah quand tu croises quelqu’un et que tu aurais envie de lui dire « T’as pas vue ce que j’ai vue !!! » Ahahahahahah, je la trouve sexy ma photo… Pas de visage, juste des jolies fesses rondes remontées sur les talons, la peau bronzée, on devine la nuisette crème, avec le rebord de la jupette et une jolie lumière douce ! Mon corps est en manque, la moindre caresse du vent sur ma peau fait remonter une vague de chaleur, mon esprit s’excite, le bas du ventre me chatouille. J’y passerais un doigt et je sais qu’il glisserait, je sens que c’est déjà chaud et mouillé. J’ai le gout de baiser, j’ai le gout de lui.

L’idée m’excite. J’ai chaud. La musique m’inspire, je suivrais le rythme chaud et lent de la mélodie. Je suis seule chez moi, j’ai envie d’un bon spa, de cidre de pommes et je le baiserais sous la peine lune durant des heures… Je l’embrasserais, mordrais, collerais, gémirais, prendrais, toucherais, grifferais, lécherais, murmurerais, masserais, frôlerais… Ahahahahaha, je disais que je suis seule chez moi… Et je suis incapable de me contrôler. Je défais l’épicerie, je rougis face aux fraises et aux framboises. Tout m’inspire. J’aimerais qu’il soit là, nu et bandé, haut et fort, complètement abandonné à mon délice. Son pénis remplissant ma bouche… J’ai chaud ! Ahahahahaha autant profiter de ma soirée quand-même, je ferme les rideaux et déboutonne les deux premiers boutons de mon chemisier noir… Qui laisse transparaître mon buste dans le sous-vêtement rouge vif. L’image de mon miroir me plait, celle de la femme d’affaire froide qui s’entrechoque avec la dévergondé et plantureuse fille aux cheveux longs. J’y suis, au juste milieu. Wouahhhh je me trouve sexy, désirable, sous mes caresses mes seins se gonflent et remplissent de plus belle la dentelle. je laisse sortir un sein, le bout durcit entre mes doigts et je le caresse longuement… Le plaisir est présent. Je souris et rougis, et jette un coup d’oeil si les rideaux sont bien fermés. Je le remets sous le tissu, déboutonne le troisième, détache mes cheveux, me relève derrière la chaise, remonte ma jupe, monte la jambe sur la chaise, regarde le bas collant descendre doucement dans le miroir, laissant entrevoir ma cuisse. Le spectacle me plait. Je défais les derniers boutons d’une main habille, et d’un trait enlève le chemisier. Je me trouve sexy à demi-déshabillée.

Le rouge sur ma peau, le collier qui semble indiquer un chemin, mes bracelets, mes bijoux me rendent encore plus féminine. Je me sers un verre de vin, du rouge, comme toujours. La boisson est un élixir. Je la redoute parfois, mais pas ce soir, elle s’additionne, pour mon plaisir ! S’additionne aussi d’écrire, de m’exhiber. J’ai découvert il y a quelques semaines mon coté exhibitionniste que je ne me connaissais pas. Mon plaisir à l’aguicher, la forte excitation que ça me procure, de le savoir me regarder et me lire. Et le perturber. Et l’exciter. Il aimes regarder, sa tête remplie de ses fantasmes de voyeurs… Et moi je me pavane face à lui. Je veux le rendre fou, je veux qu’il craque, je veux qu’il soit addict à moi, être la drogue qui coule dans ses veines, je veux qu’il soit à moi, être son objet de plaisir et qu’il soit le mien. 😉 Je n’en peux plus de l’attendre, mais ça m’attise toujours de plus en plus fort. Je donnerais tout ce que j’ai, en échange. Je le savourais, j’en profiterais. Je n’ai jamais autant désiré et patienté, et désiré. Et ce soir mon corps me trahit, encore une fois. Mes mains se baladent et font frémir ma peau. Je décide de plonger dans mon lit… Ahhhhhhh le bonheur d’être dans mon lit. 🙂

Il est confortable, les draps et la couverture sont doux. La vie est juste trop bonne en ce moment, trop suave. Je m’allonge et ferme mes yeux. Je respire, je me détends, relâche les épaules et laisse mes doigts descendre sur mon clitoris regorgeant de plaisir. Et je l’imagine. Il est dans mon cadre de porte. Tu es dans mon cadre de porte. Je croise ton regard et sens le rouge monter à mes joues. tu t’approches, ne m’as pas encore touché que je sens tout mon corps s’embraser. Tu le vois dans mes yeux et ne peux t’empêcher de m’embrasser, passionnément, sans avoir rien prononcé. je laisse toutes mes barrières de coté, je sens la fièvre monter, je me sens trembler, ton corps me fait rêver. l’odeur de ta peau. ta peau sous mes doigts. Douce, chaude et bronzée. Et je descend ma main le long de ton dos… Je sens un frisson te parcourir. Tu me prends par les fesses, me retiens et me pousse, me presses à monter les quelques marches qui mènent à ma chambre, droit à mon lit. 😉 Alerte à la moindre de mes caresses, je sens ta peau réagir…

Au moindre frôlement, à chacun de mes baisers. Mes doigts glissent sur ta peau, tes mains sur la mienne. Je le mords dans le creux de ton cou, je sens ta colonne se cambrer, ton souffle qui s’emballe, je te sens frémir et te vois fondre. Je m’embrique parfaitement à toi, je ressens vite ton rythme, il s’adapte bien au mien. J’ai très envie de toi. Et ton corps est créé pour mes caresses. J’aime le goût salé de ta peau. Je ressens très fort ton désir et tes mains sur moi. Ta force, tes muscles, je brûle sous tes doigts, sous tes baisers. Au plaisir. À la puissance de notre désir. À la passion qui se déchaîne. Je me sens ivre de plaisir. Et la j’arrête un moment, pour profiter du moment. Le temps s’arrête, je crois que la terre cesse de tourner. Je n’en peux plus d’attendre, tes yeux brûlent, mes yeux brillent. Tout mon être est tourné vers toi, ton corps vibre, mon coeur s’emballe. Je veux être cueillie, je veux être croquée et être toute mangée. Je t’appartiens et prends tous tes coups de bassin. L’excitation à son comble, je te vois craquer, succomber, tellement excité, au point de l’orgasme incontrôlé. Le plaisir est le plus plaisant, à chaque respirations, ton souffle, te sentir en moi. Incapable de te contrôler et moi d’y résister une seconde de plus. Nos corps se cambrent, une dernière fois… Et c’est le feu d’artifice dans mon ventre et dans ma tête !

Proposée par 2448sexy

2 réflexions au sujet de « J’ai tres envie de toi »

Laisser un commentaire